: XVIII : B. K. . 1.1, 10 2016 .

 

-

Point de courage! Point despoir!
mille objets obsèdent mon ame!
Mais, doù me vient ce penser noir?
Ah! lamour du monde menflamme
depuis le matin jusquau soir!

Quoique ce petit changement
nayant que dans mon coeur sa source

79

abat le corps cruellement
et me fasse être sans resource,
que je le souffre constament!

Que voit on au monde, après tout?
Qui soit dans la même constance?
Tout fuit, tout fuit, rien nest debout,
tout y vacille, tout balance,
tout est sujet aux mortels coups.

Le printemps se cache à lété,
lété se dérobe à lautomne;
mais dabord lhyver entêté
avec les rudes froids se donne,
et tout raisin est arrêté.

Les vents, quand ils sont en fureur,
otent lagréable bonace;
la noir malice avec ardeur
poursuit la bonté, la menace,
après lheur on a le malheur.

Le noir dispute aves le blanc,
le sec de même avec lhumide,
le léger cède au lourd son rang,
le beau jeune au vieux incipide;
en vaste mer change un étang.

Leffroyable nuit à son tour
nous prive tous de la lumière.
Je suis? et je perds tôt le jour.
Je puis? dabord étant par terre
personne ne me fait sa cour.

Lun sarrête, et lautre descend,
un autre tombe, un autre monte;
lautre reçoit tous les encens;
lun sabaisse, lautre surmonte,
un autre périt sans accents.

En un mot, au monde il nest rien
de stable, que lêtre suprême,

80

qui fut toujours riche en tout bien,
il est le premier, et lextrême,
à lui la constance convient.

Il est seul, il est éternel,
il est tout puissant, il est juste,
il voit tout, entend notre appel,
il sait tout, il est tout auguste,
il est éternellement tel.

On doit obéir à lui seul:
car il est la première cause,
il fait la joie, il fait le deuil,
et comme il lui plait il dispose,
ainsi recevons sans orgueil.

Tout ce quil nous voudroit donner,
il nest jamais que favorable.
O dieu! veuille donc mordonner,
ce quil te convient, adorable!
mon coeur autrement façonner.

<1730>
.., .. ( ). - // B.K. . . .-.: , 1963. . 7981.
© , 20062017.
...