| Главная страница | Содержание Philologica   | Рубрики | Авторы | Personalia |
  Philologica 4 (1997)  
   
 
 
 
65

I. «Épître au Tasse» Лагарпа и послание Батюшкова «К Тассу»

 

 

O toi que le destin, complice de l’envie,

 

Позволь, священна тѣнь! безвѣстному пѣвцу

 

Accabla d’un malheur égal à ton génie,

   
 

Toi qu’attendit la gloire au moment de la mort,

 

Коснуться къ твоему безсмертному вѣнцу,

     

И сладость пѣнія твоей Авзонской Музы,

 

Victime des tyrans, de l’amour et du sort;

 

Достойной береговъ прозрачной Аретузы,

 

Aimable Torquato! si ton ombre appaisée

 

Рукою слабою на лирѣ повторить

 

A bu l’heureux oubli, trésor de l’Élysée,

 

И новымъ языкомъ съ тобою говорить.

 

De tes longues douleurs le tableau retracé,

 

Среди Элизія, близъ древняго Омира,

 

Ne t’offrira qu’un songe à jamais effacé.

 

Почіетъ тѣнь твоя, и Аполлона лира

 

Mais si près du bocage où toujours indignée,

 

Еще согласьемъ духъ поэта веселитъ!

10   

Didon en soupirant se détourna d’Énée,

10   

Рѣка забвенія и пламенный Коцитъ,

 

Les Parques t’ont rejoint aux mânes amoureux,

 

Тебя съ любовницей, о Тассъ, не разлучили!

 

Dont les eaux du Léthé n’ont pas éteint les feux;

   
 

Ah! permets que ma voix perçant la sombre rive,

 

Въ Элизіѣ теперь васъ Музы съединили:

 

Entretienne un moment ton ombre encor plaintive;

 

Печалей нѣтъ для васъ, и скорбь протекшихъ дней,

 

Heureux, si de ta muse empruntant les attraits,

 

Какъ сладостну мечту объемлете душей...

 

Du récit de tes maux je charme tes regrets!

   
       
 

Le ciel te réservait une infortune illustre;

 

Торквато! Кто изпилъ всѣ горкія отравы

 

Un an manquait encore à ton deuxième lustre,

   
 

Hélas! et tu fuyais un pouvoir oppresseur.

   

20   

Tes talens ont brillé dans la nuit du malheur.

 

Печалей и любви, и въ храмъ безсмертной славы,

 

La vengeance et la mort sont déja sur tes traces,

   
 

Et proscrit à neuf ans, tu chantes tes disgraces.

 

Ведомый Музами, въ дни юности проникъ,

 

Ton partage honorable autant que rigoureux,

   
 

Fut d’être avant le tems et grand et malheureux.

 

Тотъ преждевремянно несчастливъ и великъ.

       
 

Ta voix se fait entendre, et soudain l’Ausonie

 

Ты пѣлъ — и весь Парнасъ въ возторгѣ пробудился,

 

S’éveille à tes accords, à ta douce harmonie.

   
 

On s’empresse à t’offrir cet accueil caressant,

   
 

Qu’on aime à prodiguer au mérite naissant.

   
 

Son aurore est brillante, et l’envie en silence

   

30   

Attend en se cachant le jour de la vengeance.

   
 

Dans Ferrare, ô trop cher et trop fatal séjour!

20   

Въ Феррару съ Музами Фебъ юный низпустился,

 

Tu chantais, inspiré par la gloire et l’amour.

   
 

Ce double enthousiasme enflammait ton génie.

   
 

De l’Épopée alors la muse enorgueillie,

   
 

Du tombeau de Virgile, objet de ses douleurs,

 

Назонову тебѣ онъ лиру самъ вручилъ

 

Aux bords où Phaëton fut pleuré par ses sœurs,

   
 

Vola pour écouter tes chansons immortelles.

   
 

Sur ta tête sacrée elle étendit ses ailes.

 

И геній крыльями безсмертья осѣнилъ.

 

Sa main te couronna; tout l’Olympe applaudit;

   

40   

Sur son double sommet le Pinde en retentit.

   
66
 

De ses chantres fameux les mânes se troublèrent;

   
 

Pour juger tes accords en foule ils s’assemblèrent.

   
 

Le vieillard qui d’Achille a chanté le courroux,

   
 

S’il eût été moins grand, allait être jaloux.

   
 

Combien il admira ces traits, ces caractères,

   
 

Ces ames de héros si tendres et si fières,

   
 

Ces tableaux tour-à-tour et touchant et pompeux,

   
 

Leur accord, leur contraste également heureux;

   
 

Du féroce Aladin la sombre tyrannie,

   

50   

Et la rage d’Argant dans le sang assouvie;

   
 

Ce superbe Sultan qui seul et détrôné,

   
 

Vers le ciel ennemi lève un front indigné;

   
 

Et Renaud, si brillant dans sa fougue indocile,

   
 

Le foudre de la guerre, et le rival d’Achille!

   
 

Tu conduis ces guerriers au milieu des hasards;

 

Возпѣлъ ты бурну брань, и блѣдны Эвмениды

 

La lyre est dans tes mains la trompette de Mars.

   
 

A ce signal, Bellone aux combats appelée,

 

Всѣхъ ужасовъ войны открыли мрачны виды,

 

Jette un cri formidable, et court dans la mêlée;

   
 

Elle court, sous ses pieds foulant les étendards;

 

Бѣгутъ среди полей и топчутъ знаменà;

 

 

Свѣтильникомъ вражды ихъ ярость разженà,

60   

Elle traîne à travers les cadavres épars

   
 

Les lambeaux déchirés de sa robe sanglante.

 

Власы разтрепаны и ризы обагренны!...

 

J’entends les sons plaintifs d’une foule expirante.

   
 

Je marche dans le sang, j’erre parmi les morts.

 

Я самъ среди смертей....

 

Le Dieu qui t’inspira ces belliqueux transports,

   
 

Mars ouvre devant moi des scènes de carnage,

 

и Марсъ со мною мѣдный...                                    

 

Me souffle tous ses feux, m’enivre de sa rage,

   
 

Et j’habite avec toi dans l’horreur des combats.

   
       
 

Mais quoi! ce bruit du fer, ce sinistre fracas,

 

Но ужасы войны, мечей и копій звукъ

 

Fuit loin de mon oreille et meurt par intervalle.

30   

И гласы Марсовы... какъ сонъ изчезли вдругъ!

70   

La guerre est loin de moi: la flûte pastorale,

   
 

De l’épaisseur des bois qui répètent ses sons,

 

Я слышу въ далекѣ пастушечьи свирѣли

 

Vi<e>nt rassurer mes sens au doux bruit des chansons.

 

И чувствія душой ины<я> овладѣли.

 

La discorde tonnait; c’est l’amour qui soupire.

 

Нѣтъ болѣе вражды, и Богъ любви младой

 

Je vois ses tendres jeux et son fatal délire.

   
 

Il s’endort sur les fleurs, il sourit, et soudain

 

Спокойно спитъ въ цвѣтахъ подъ миртою густой.

 

Le glaive à son réveil étincelle en sa main.

 

Онъ всталъ, и мечь опять въ рукѣ твоей блистаетъ!

 

Près de toi, quel génie avec lui se présente,

   
 

Et semble s’applaudir de sa beauté changeante!

 

Какой Протей тебя, Торквато, премѣняетъ?

 

Quel docile Protée! il varie à ton choix

   

80   

Ses traits, ses mouvemens, sa parure, sa voix.

 

Какой чудесной Богъ чрезъ дивныя мечты,

     

Разсѣялъ мрачныя и нѣжны красоты? —

 

Il porte tour-à-tour le sceptre et le tonnerre,

 

То скиптръ въ его рукахъ, или перунъ зазженный,

 

Les roses de Vénus, les torches de Mégère,

40   

То розы юныя Кипридѣ посвященны,

67
     

Иль факелъ Эвменидъ иль лукъ златой любви;

 

Ou rayonnant de joie ou de larmes baigné,

   
 

Tantôt noirci de deuil, tantôt de fleurs orné,

 

Въ глазахъ его любовь — вражда въ его крови.

 

Quels changemens, quels jeux, quel pouvoir, il rassemble!

   
 

Il pleure; je gémis: il menace; je tremble.

   
 

Il vole, et je le suis au bout de l’Univers,

 

Летитъ — и я за нимъ лечу въ предѣлы міра,

 

Au palais de l’Olympe, aux cachots des enfers.

 

То въ адъ, то на Олимпъ! У древняго Омира

 

Tel le chantre d’Hector a peint le Dieu de l’onde,

 

Такъ шагъ одинъ творилъ огромный Богъ морей

90   

Atteignant en deux pas jusqu’aux bornes du monde.

 

И досягалъ другимъ краевъ подлунной всей.

       
 

Tel et plus prompt encor, son vol illimité,

   
 

Sans m’échapper jamais, parcourt l’immensité.

   
 

Ah! je la reconnais, cette puissante Fée;

   
 

Sa baguette en tes mains se joint au luth d’Orphée.

   
 

La reine des beaux-arts, guide de tes travaux,

   
 

L’imagination t’a remis ses pinceaux.

   
 

D’Armide dans les pleurs, d’Armide suppliante,

 

Армиды чàрами средь моря сотворенной,

 

Le portrait épuisa sa palette brillante.

 

Здѣсь тѣнью миртовой въ долинѣ осѣненной,

 

Non, jamais tant d’appas n’ont été mieux tracés.

   

100  

Ses modestes regards vers la terre fixés,

 

Риналдъ, младой герой, забывъ воинской гласъ,

 

Les larmes dont ses yeux gardent encor les traces,

   
 

Ce voile des douleurs soulevé par les Graces,

50   

Вкушаетъ прелести любови и заразъ...

 

Le sourire enchanteur sur ses lèvres naissant,

   
 

Cet œil qui tour-à-tour ou fier, ou languissant,

   
 

En impose au désir et permet l’espérance,

   
 

Le charme de sa voix et l’art de son silence!

   
 

Grand peintre!... Tels aux yeux de l’Olympe surpris,

   
 

Homère et Praxytèle embellissaient Cypris.

   
     

А тамъ что зрятъ мои обвороженны очи?...

     

Близъ стана воинска, подъ кровомъ черной ночи,

     

При заревѣ бойницъ, пылающихъ огнемъ,

     

Два грозныхъ воина, вооружась мечемъ,

     

Неистовой рукой струятъ потоки крови.-

     

О, жертва ярости и плачущей любови!...

     

Постойте воины!... Увы!... одинъ падетъ...

     

Танкредъ въ врагѣ своемъ Клоринду узнаетъ

     

И моремъ слезъ теперь онъ платитъ, дерзновенной,

   

60   

За каплю каждую сей крови драгоцѣнной...

       
 

Eh bien! quel fut le prix de ces efforts sublimes?...

 

Чтожъ было для тебя наградою, Торкватъ?

68

110  

Aurons-nous donc toujours à raconter tes crimes,

 

За пѣсни стройныя? —

 

Inexorable Envie!... et que sert-il, hélas!

 

Зоиловъ острый ядъ,                                    

 

De retracer encor des maux qu’on ne plaint pas?

   
 

Quand l’a-t-on vu, ce monde indifférent, frivole,

   
 

S’intéresser au sort du talent qu’on immole?

   
 

Ce talent méconnu dans ses nobles travaux,

   
 

Jusques dans ses succès flétri par ses rivaux,

 

Притворная хвала и ласки царедворцевъ,

 

Détourné malgré lui dans une indigne arêne,

 

Отрава для души и самыхъ стихотворцевъ.

 

Reste en proie à l’outrage, en spectacle à la haine.

   
 

Que sert de rappeler les cris de tes censeurs,

   

120  

Tes juges ignorans et tes vils détracteurs?

   
 

Quelle oreille est ouverte à ces plaintes usées?

   
 

Artistes, renfermez vos douleurs méprisées.

   
 

Elles sont pour vous seuls; on ne les connaît pas.

   
 

Génie, astre du monde, éclaire des ingrats.

   
 

Mais la nature, hélas! pour des maux plus terribles

   
 

Arrache un même cri de tous les cœurs sensibles;

   
 

Tous ont pitié des pleurs que l’amour a versés;

   
 

Des mêmes traits que toi tous ont été blessés;

   
 

Tous ont aimé, sans doute: ah! ton ame enivrée

 

Любовь жестокая, източникъ золъ твоихъ,

130  

De ce fatal poison fut long-tems dévorée.

 

Явилася тебѣ среди палатъ златыхъ —

 

Du vase envenimé, source de tes malheurs,

 

И ты изъ рукъ ея взялъ чашу ядовиту,

 

Tu savouras d’abord les trompeuses douceurs.

 

Цвѣтами юными и розами увиту; —

 

La grandeur, la beauté te cédaient la victoire.

 

Изпилъ... и упоенъ любовною мечтой

 

Oui, ce sexe, toujours amoureux de la gloire,

70   

И лиру и себя повергъ предъ красотой.

 

S’il ne peut l’obtenir, veut au moins la payer,

   
 

Fier de placer son myrte à côté du laurier.

   
 

Le mystère qui rend la passion plus tendre,

   
 

Ce serment mutuel qu’on ne peut trop entendre,

   
 

De porter au tombeau sa chaîne et ses amours;

   

140  

Serment qui toujours trompe et que l’on croit toujours;

   
 

Tels étaient tes plaisirs: qu’ils furent peu durables!

 

Но радость наша, — ложь; но счастіе — крылато!

 

On déchira trop tôt les voiles favorables

 

Завѣса раздрана! —

 

Qui couvraient de ton sort le secret enchanteur.

 

Ты узникъ сталъ, Торквато!                                    

 

Tes pas sont arrêtés aux pièges du malheur.

 

Въ темницу мрачную ты брошенъ какъ злодѣй,

 

Quel ascendant sinistre à tes destins s’attache!

   
 

Tu pleures dans les fers le bonheur qu’on t’arrache.

 

Лишенъ и вольности и Фебовыхъ лучей. —

 

Que dis-je? Le chagrin, ce morne destructeur,

 

Печаль глубокая поэтовъ духъ сразила,

 

Altère, égare enfin cet esprit créateur.

 

Изчезъ талантъ его и творческая сила,

 

Du sort injurieux la longue tyrannie

   
69

150  

Osa-t-elle à ce point attenter au génie?

   
 

Esprit, raison, talens, flambeaux si lumineux,

 

И разумъ весь погибъ! —

 

Amour de l’univers, et chefs-d’œuvre des cieux,

   
 

Quelle nuit vient couvrir vos clartés éclipsées?

   
 

Où sont ces traits brillans, et ces hautes pensées?

   
 

Ce feu, qui si rapide avant d’être amorti,

   
 

S’élançait vers le ciel dont il était sorti;

   
 

Ce feu s’est-il éteint? et qui pourra décrire

   
 

Ce passage effrayant du génie au délire?...

   
 

Et vous dont le courroux contre lui s’est armé,

 

О вы, которыхъ ядъ                                    

     

Торквату далъ вкусить мученій лютыхъ адъ,

     

Придите зрѣлищемъ достойнымъ веселиться

   

80   

И гибелью его таланта насладиться.

160  

Approchez: le voilà, ce chantre renommé,

 

Придите! Вотъ поэтъ, превыше смертныхъ хвалъ,

 

Qui conta les exploits des vainqueurs de Solyme,

   
       
 

Et qui sut aux héros prêter sa voix sublime.

 

Который говорить героевъ заставлялъ,

 

De funestes vapeurs ses sens sont offusqués.

 

Проникнулъ взорами въ небесные чертоги —

 

Par les plus noirs accès ses instans sont marqués.

   
 

Si quelquefois encor sa raison peut renaître,

   
 

Le plus grand de ses maux est de se reconnaître;

   
 

Il gémit de se voir, et sur lui retombé,

 

Въ желѣзахъ, стонетъ здѣсь...

 

Dans un affreux silence il demeure absorbé.

   
 

Sous ce tourment nouveau ses organes s’affaissent;

   

170  

Dans son esprit troublé les fantômes renaissent.

   
 

O ciel!... la haine encor lançait des traits perdus

 

О милосерды Боги!                                    

 

Sur ce génie, hélas! qui déja n’était plus;

   
 

Et toi dans les lueurs de ta raison éteinte,

 

До колѣ жертвою, невинность, будешь ты

 

Tu repoussais encor leur méprisable atteinte.

 

Безчестной зависти и адской клеветы?

       
 

Cet état que ma main retrace avec effort,

   
 

L’affront de la nature et le crime du sort,

   
 

Ce long cours d’infortune a-t-il enfin son terme?

 

Имѣло ли конецъ несчастіе поэта? —

     

Желѣзною рукой печаль и быстры лѣта

 

Avant que de tes jours la carrière se ferme,

 

Уже безвременно бѣлятъ его власы;

 

Un moment doit venir qui va les illustrer.

90   

Въ единобразіи бѣгутъ, бѣгутъ часы;

     

Что день, то прежня скорбь, что ночь, — мечты ужасны...

180  

La fortune déja te laisse respirer.

 

Смягчился на конецъ завѣтъ судбы злосчастной,

 

On brise tes liens; ton ame consolée

 

Свободенъ сталъ поэтъ... и солнца лучь златой

 

Semble après un long trouble à la paix rappelée.

   
 

Cette ame se ranime en un corps affaibli;

 

Льетъ въ хладну кровь его отраду и покой.

 

Tes écrits, tes talens, qu’on laissait dans l’oubli,

   
70
 

Sont enfin regardés d’un coup-d’œil plus propice,

   
 

Et tu verras du moins le jour de la justice.

 

Онъ можетъ опочить на лонѣ свѣтлой славы...

 

Rome t’appelle, Rome!... On la vit autrefois

   
 

Sous l’orgueil des faisceaux fouler l’orgueil des rois;

   
 

Le char de ses consuls et leur pompe guerrière

   

190  

Du haut du Capitole insultait à la terre.

 

Средь Капитолія, гдѣ стѣны обветшалы

 

Ce même Capitole où montaient ses héros

 

И самый прахъ еще о Римлянахъ твердитъ,

 

T’offre un plus doux triomphe et des lauriers plus beaux.

 

Тамъ ждетъ его тріумфъ...

 

Il verra sur ta tête avant le tems blanchie,

   
 

La couronne des arts, la palme du génie.

   
 

Des mains d’un souverain les festons et les fleurs

   
 

Descendront sur ton front vieilli par les douleurs.

   
 

Ils auraient dû toujours embellir ta carrière.

   
 

Viens, triomphe... que dis-je! ô pompe mensongère!

 

Увы!... тамъ смерть стоитъ...                                    

 

O destin qui t’entraîne à ton dernier écueil!

 

Неумолимая беретъ вѣнокъ лавровый,

200  

Il montrait la couronne, il ouvre le cercueil.

100  

Поэта увѣнчать изъ давныхъ лѣтъ готовый.

 

Un si beau jour se change en d’affreuses tenèbres,

 

Премѣна жалкая столь радостнаго дни!

 

L’étendard de la gloire en des linceuls funèbres.

 

Гдѣ знамя почестей — тамъ смертны пелены,

     

Не увѣнчаніе, но лики погребальны...

 

Tu meurs! et l’univers que tu viens de quitter,

 

Такъ кончились твои, безсмертный, дни печальны!

 

Au char qui t’attendait ne t’a point vu monter.

   
 

Les peuples que dans Rome assembla cette fête,

   
 

N’ont point vu les lauriers ceindre et parer ta tête.

   
 

Tu meurs! et des destins il faut subir la loi...

 

Нѣтъ болѣе тебя, божественный поэтъ!

 

Une autre apothéose est digne encor de toi.

 

Но славы Тассовой изполненъ въ вѣки свѣтъ.

 

O grande ombre! descends, parais dans ce Lycée;

   

210  

Viens, la gloire l’habite et s’y voit encensée.

   
 

Ici des morts fameux l’auguste majesté

   
 

A reçu les tributs de la postérité.

   
 

Ici, plus d’une fois, la voix de l’éloquence

   
 

Aux mânes du grand homme offrit leur récompense.

   
 

C’est ici qu’elle est pure, et qu’après deux mille ans,

   
 

L’ombre de Marc-Aurèle obtint un digne encens.

 

Едва ли прахъ одинъ остался древней Трои,

 

Viens t’asseoir en ces lieux: de cet Aréopage

 

Не знаемъ и могилъ, гдѣ спятъ ея герои,

71
 

Le chantre de Henri t’apportera l’hommage.

 

Скамандръ божественный вертепами течетъ —

 

Les favoris< >du goût, oracles de sa loi,

   

220  

Par l’heureux don de plaire immortels comme toi,

110  

Но въ памяти людей Омиръ еще живетъ,

 

Te couvriront des fleurs qu’on offre à leur image,

 

Но человѣчество пѣвцемъ еще гордится,

     

Но міръ ему есть храмъ... И твой не сокрушится.

 

Et Boileau même enfin te rendra son suffrage.

   

 

 

[back]

Philologica,   1997,   т. 4,   № 8/10,   65—71
 
PDF
 
 
 
|| Главная страница || Содержание | Рубрики | Авторы | Personalia || Книги || О редакторах | Отзывы | Новости ||
Оформление © студия Zina deZign 2000 © Philologica Publications 1994-2017